Gamorlive, The Blog

MONITORING

« Location-based games » or how your city became a gameboard [part1]

L’univers des « Location-based games » ou comment ta ville est devenue un terrain de jeu [part1]

juin. 13th | Posted by 8 comments

Le déploiement massif des Smartphones (12 millions vendus en France en 2011), équipés de capacité de géopositionnement (GPS) et de connexion internet (3G, 4G), a fait émerger de nouvelles façons de jouer. Une de ces nouvelles manières d’appréhender le jeu consiste à prendre la ville, sa structure et ses bâtiments, comme réel support de jeu ou « plateau de jeu ». On parle alors de « jeux urbains » géolocalisés ou « Location-based game » dans sa version anglicisée. Dans cette famille de jeu, la jouabilité ou « game play » évolue en fonction de l’emplacement physique de la personne.

Ce nouveau genre de « loisirs ludiques urbains » peut prendre 2 formes différentes. On qualifie la première forme de jeu « évènementiel » puisqu’il est localisé et daté. C’est-à-dire que le jeu n’existe qu’à l’intérieur de l’évènement qui a été créé. La seconde forme est qualifiée de jeu « permanent » puisqu’il peut être joué n’importe où, n’importe quand et par n’importe qui. Nous développerons aujourd’hui la première catégorie.

Une forme évènementielle d’un jeu urbain géolocalisé va être très virale et adapté à la diffusion d’un message précis. Il sera beaucoup utilisé par les entreprises pour des actions de communication de type « Buzz ». L’évènement est alors un objectif, un challenge, un but et par définition un fait d’une importance toute particulière.

Parmi les tous premiers « Location-based games», beaucoup d’exemples sont basés sur des évènements ou « happenings », c’est-à-dire un dérivé technologique des flash-mobs. C’est le cas par exemple de Pac-Manhattan (2004), qui est la version réelle, Urbaine du célèbre jeu Pacman.

Pacman Urbain s’inscrit à la croisée de la Street-culture et de la génération jeux vidéo. Le but est d’offrir une opportunité aux citadins de se réapproprier la ville en la transformant en un immense terrain de jeu. Le jeu privilégie l’aspect social plutôt que technologique : pas de GPS, le jeu se joue en binômes via des téléphones mobiles, favorisant ainsi l’esprit d’équipe. Ainsi les parties sont lancées avec dix joueurs : il y a 5 joueurs dans les rues (1 PacMan + 4 fantômes) et 5 joueurs dans la salle de contrôle. Chaque joueur dans la rue est en équipe avec un joueur dans la salle de contrôle avec qui il reste en contact permanent par téléphone mobile. À chaque intersection, le joueur dans la rue signale sa position à son contrôleur qui la met à jour dans le logiciel qui le retransmet aux autres contrôleurs. Des parties publiques sont régulièrement lancées en France (cf. : http://www.pacmanalyon.net), la dernière en date s’est déroulée à Genève le 10 mars 2012.

Dans la même lignée, nous retrouvons l’œuvre  « Can You See Me Now ? » (2003) du collectif d’artistes Blast theory. Cette œuvre consiste en un jeu du chat et de la souris qui combine à la fois l’espace urbain et l’espace virtuel. Dans la ville, des coureurs sont munis d’appareils GPS et d’ordinateurs miniatures leur permettant de localiser la position de joueurs connectés sur un réseau Internet. Inversement, les joueurs en ligne se déplacent sur une carte virtuelle de la ville et doivent attraper les icônes des coureurs apparaissant sur la carte. Dans leurs travaux, Blast Theory explore l’interactivité et les aspects sociaux, politiques de la technologie à l’aide de performances, installations, vidéos, technologies mobiles et online pour poser des questions sur les idéologies présentes dans les informations qui nous entourent.

Plusieurs entreprises se sont également lancées dans les jeux urbains évènementiels en utilisant le concept pour le lancement d’un nouveau produit par exemple. Un des exemples les plus marquants de ces dernières années est la campagne de Mini lancée en Suède pour son nouveau modèle : le Countryman.

La marque invitait les citadins de la ville de Stockholm  à un challenge d’un genre nouveau : Le challenge Min Getaway. Le principe était simple et une voiture était en jeu (la fameuse Mini Countryman). Celle-ci est disposée virtuellement dans la ville, et grâce à une application iphone utilisant la géolocalisation, les joueurs pouvaient partir à sa recherche dans l’espace Urbain.  Une fois à proximité, il fallait émettre un check-in (à moins de 50 mètres) qui indiquait que la personne possédait la voiture. L’objectif était de la conserver 1 semaine afin de la remporter.

Un autre exemple de « Location-based game » utilisé comme outil de communication pour une grande marque est le projet Ray-ban Uncovered.

Ce projet imaginé par quelques étudiants de la Miami Ad School essaye de créer de l’interaction entre les individus à partir d’une application mobile de réalité augmentée et de géolocalisation. Le principe est de détecter les joueurs présents dans l’environnement urbain et de leur voler leur cagnotte. La durée du jeu est fixée à une semaine, et les joueurs empochent à la fin de celle-ci les gains accumulés.

Je vous laisse découvrir les images, qui parlent d’elles-mêmes.

On peut également citer la campagne de communication Nike Grid qui s’est déroulée à Londres dans la journée de 23 Avril 2010. Le principe était simple : une fois enregistrée sur le site, la marque invitait tous les membres à parcourir à pied Londres en vue de conquérir des quartiers et gagner des badges. Un Urban game pour sportif que nous pouvez découvrir en images dans cette vidéo.

Nous voyons bien que dans ces différents exemples, nous avons une entreprise qui met en place un jeu urbain au service de sa propre communication. Mais en dehors du challenge, le jeu n’existe pas.

Ceci est une liste non exhaustive des Urban game de type évènements. Vous en connaissez surement plein d’autres, n’hésitez pas à nous les faire partager dans les commentaires.

Nous consacrerons un prochain Monitoring à la deuxième catégorie des Urban Game, ceux de type « permanents » dont Gamorlive fait parti.


8 comments Add a commentsex toys

 
  1. Gus

    Bravo, bel article intéressant.

    Nous organisons également des enquêtes policières en milieu urbain, les joueurs jouent le rôle de détectives et doivent élucider une affaire, en retrouvant QR tout en utilisant leur smartphone.

    Ca s’appelle Sherlock Holmes Live, la première affaire, 120 joueurs, a eu lieu à Genève le 9.6.12, le prochain le 15.9, et nous allons bientôt exporter cet évènement à Paris et Strasbourg.

    Plus d’infos sur le site officiel : http://sherlockgeneve.com/


    • Gamorlive

      Merci Gus, ça à l’air passionnant tout ça. Tiens nous au courant pour les dates en France :) .


Add a Comment





reset all fields


neuf − = 7